Archives de catégorie : Public

Stage de chant choral en Forêt-Noire, 18-30 juillet 2021 : MisaTango de Martín PALMERI

Martín PALMERI – Misa a Buenos Aires, dite « MisaTango »

Après sa création en 1996 par l’orchestre symphonique de Cuba, cette « Messe . Buenos Aires » rapidement surnommée« MisaTango » connut très tôt une notoriété mondiale, culminant en 2013 lors d’une exécution en l’honneur du nouveau Pape François, anciennement archevêque de la capitale argentine.
Mélange subtil du Tango Nuevo initié par Astor Piazolla et des canons de la messe classique, cette partition tout à la fois savante et populaire, typique et universelle, est avant tout une musique généreuse, célébrant le plaisir de la communauté à se retrouver.

 

 

Ce stage est ouvert à  toute personne ayant une pratique vocale ou chorale régulière. L’oeuvre devra avoir été déchiffrée à l’avance, des fichiers de travail étant mis à disposition pour votre préparation personnelle, après acceptation de l’inscription. Un ou deux concerts viendront clore le stage, en fonction de la règlementation sanitaire alors en vigueur

 

Ce stage bénéficie de conditions  d’accueil remarquables de la part de la ville de Schönwald, dans le cadre magnifique de la Forêt-Noire!

Quelques atouts  touristiques :
– des prix généralement moins chers qu’en France, pour le logement comme pour la nourriture
– le calme exceptionnel d’une petite bourgade de montagne, complètement équipée, dans le cadre magnifique de la Forêt-Noire
– une météo clémente : toute la plaine du Rhin vient y prendre ses quartiers d’été, et profiter à 1 000 m du soleil tout en évitant les fortes chaleurs
– la possibilité de vacances pour toute la famille : appartements peu chers et nombreuses possibilités d’excursion
– directement accessible sans voiture : à moins de deux heures de Strasbourg par train+bus régulier – elle-même à moins de deux heures de Paris (par TGV) ou des principales métropoles françaises (par avion)


Détails et inscription sur www.ccms.asso.fr
Renseignements  06 23 28 36 62

BACH Passion selon Saint-Matthieu -10 et 12 octobre 2021- église Saint-Marcel, PARIS

 

JEAN-SEBASTIEN BACH – PASSION SELON SAINT-MATTHIEU BWV 244

 

Dès le XVIIIe siècle, il était d’usage en Allemagne de donner chaque Vendredi Saint une Passion, grande œuvre chorale, récit commenté et mis en musique de la mort de Jésus.

 

Après la Passion selon St Jean (1723-24), Bach crée le 11 avril 1727, pour le Vendredi Saint, la Passion selon Saint Matthieu, BWV 244,  à l’église de Saint Thomas de Leipzig où il occupait le poste de Cantor.

 

Œuvre  monumentale, puissante, la Passion selon Saint Matthieu se rattache à la tradition de la Passion liturgique chantée au cours de la Semaine Sainte, en style d’oratorio auquel on ajoute aux textes  de l’ Ecriture Sainte, des paraphrases bibliques, des poésies dites madrigalesques et des Chorals, cantiques de la liturgie luthérienne allemande.

 

Bach reprend intégralement le texte de l’Evangile selon Saint Matthieu, chapitres 26 et 27, divisé en deux et découpé en épisodes. Il demande au librettiste et poète Picander de rédiger les textes en vers pour les airs (arias) des solistes, introduits par de courts morceaux (ariosos). L’Evangéliste, le Christ, les différents personnages, Pierre, Judas, Ponce Pilate, la femme de Ponce Pilate, des témoins, les prêtres, les soldats et la foule interviennent au cours du drame. A cela, Bach insère  12 Chorals, cantiques lents et intériorisés,  qui reprennent les moments forts sous forme de méditation.

Compassion, abandon à la douleur, accablement  sont les  idées maîtresses de cette Passion.

 

Malheureusement la Passion selon Saint Matthieu ne fut pas comprise par les notables de Leipzig. Elle fut peu à peu délaissée et il faudra attendre Félix Mendelssohn  au XIXe siècle, qui contribuera à la faire jouer avec succès.

La Passion selon Saint Matthieu de Jean-Sébastien Bach est l’un des grands chefs d’œuvre de la musique baroque sacrée.

 

– Guide la musique sacrée et chorale profane : l’âge baroque ( 1600-1750). – Fayard, les indispensables de la musique.

–  Paule du Bouchet. – Magnificat Jean Sébastien Bach, le Cantor. – Découvertes Gallimard

– Luc-André Marcel.-  Bach. – Seuil. – (Solfèges)

 

 

Photo M.Mautref –  Art Street, Paris 13ème

 

 

 

 

Objectif Lune! Maxime AULIO, Symphonie de l’espace

© Nasa, 1969
La Lune photographiée lors de la mission Apollo 11 (16 – 24 juillet 2019) © Nasa, 1969

1969-2019 : Pour célébrer les 50 ans de la conquête de l’Espace, l’orchestre d’harmonie de Paris La Sirène  et l’ensemble Chorus 14 donneront deux concerts  les 15 et 16 décembre 2019 à Paris,  avec l’intervention de Jean-Pierre BIBRING, astrophysicien


Programme
– Maxime AULIO Symphonie de l’espace pour chœur et orchestre

– Giovanni GABRIELI Canzon 18 et Sonata 20 pour cuivres seuls
Serge LANCEN Cap Kennedy pour orchestre

 

Dimanche 15 décembre, 16h et Lundi 16 décembre, 20h30
Eglise Saint-Marcel, 82 bld de l’hôpital 75013 Paris 

La Sirène, orchestre d’harmonie de Paris
Ensemble Chorus14
Direction : Fabrice COLAS et Dominique SOURISSE

Billetterie en ligne  ici

 

Comme l’évoque Platon dans La République la musique et l’astronomie sont des disciplines soeurs. Pédagogique, commémoratif et ancré dans le présent, ce programme anniversaire exceptionnel, réunira 160 musiciens, chœur et orchestre,  pour interpréter la considérable Symphonie de l’Espace de Maxime Aulio, labellisée et créée en 2009 à l’occasion de l’Année de l’Astronomie.

 

La Symphonie de l’Espace de Maxime Aulio nous transporte, à travers ces 6 mouvements et son interlude pour choeur, de la création du monde jusqu’aux confins de l’Univers, lieux de tous les mystères et questionnements.Traduisant l’universalité de ces interrogations,  Maxime Aulio utilise pour la partie chantée des textes issus de différentes civilisations et domaines ; ainsi, la poésie japonaise côtoie des textes religieux en latin, les croyances mayas se mêlent à la science moderne de la NASA.

 

Cap Kennedy est une des pièces majeures du compositeur français Serge Lancen. Cette pièce descriptive a été composée en 1969 à l’occasion du lancement d’Apollo 11. Le succès de ce poème symphonique a rapidement dépassé les frontières de l’hexagone lui permettant de devenir une oeuvre de référence pour les orchestres d’harmonie.

 

Les oeuvres de Gabrieli (1557-1612) ont aussi un rapport avec l’espace mais dans une approche très différente. En effet, elles ont été écrites au début de la période baroque et ce sont les premières expériences de spacialisation sonore. Les musiciens installés en groupes autour du public placeront les spectateurs dans une sphère sonore.

Chorus 14 fête ses trente ans avec Berlioz

a« Quelle vie, riche, fine, forte, débordante » Romain Rolland.

Hector Berlioz (11 décembre 1803- 8 mars 1869) nait à la Côte Saint André, en Isère. Issu d’une vieille famille de marchands tanneurs. Ainé de six enfants, il restera très proche de ses deux sœurs Nanci et Adèle. Son père, médecin novateur, fit connaître l’acupuncture en France.

Hector BERLIOZ, esprit  romantique et absolu, a tout du parfait personnage de roman d’aventure !

« Tu seras médecin comme ton père », avait dit sa mère. Pourtant le jeune Berlioz découvre la musique, d’abord en jouant du tambour en pension,  avec beaucoup de plaisir. Puis un jour, en fouillant dans un tiroir, il trouve un flageolet. Son père va lui apprendre à en jouer ainsi que de la flûte et de la guitare. Il lui enseignera aussi des rudiments de solfège. Mais Berlioz n’aura pas accès au piano pour ne pas risquer d’être détourné de l’objectif que ses parents lui ont fixé.

Premier coup de foudre. A 12 ans, le jeune Berlioz « ressent une secousse électrique ». Il est amoureux, mais sans espoir,  car la jeune fille, Estelle Duboeuf, a 17 ans. Il ne l’oubliera pas et cherchera même à la revoir à la fin de sa vie. Pour elle,  il va composer des romances et 2 quintettes après avoir découvert les traités d’harmonie de Rameau et Cotel. « Les essais de composition de mon adolescence portaient l’empreinte d’une mélancolie profonde. Un crêpe noir recouvrait mes pensées. »

Le père d’Hector Berlioz s’est chargé de son instruction. Berlioz aime la géographie, la poésie, le latin (il lira Virgile dans le texte). Après le bac, Hector Berlioz part étudier la médecine à Paris. Le 26 novembre 1821, il assiste à l’Opéra à la représentation d’ « Iphigénie en Tauride » de Gluck. « A moins de m’évanouir, je ne pouvais pas éprouver une impression plus grande. Je jurai en sortant de l’Opéra que je serais musicien ». Contre la volonté de ses parents, il apprend la musique avec J.-F. Lesueur, directeur de la Chapelle Royale. Il ressent une passion instinctive pour Gluck.

Berlioz abandonne la médecine. Son père a cédé. « Si ta vocation est celle de la musique, tu es libre de la suivre ». A Paris, il  s’installe au Quartier Latin et  publie son premier article de journaliste et critique musical le 12 août 1823 dans  « le Corsaire ». Le 7 décembre 1824, il assiste à la première représentation du Freischutz de Weber à l’Odéon. Pour lui, « c’est une apparition » et un enchantement. Il va pénétrer l’âme romantique allemande.  Le 10 juillet 1825, il fait exécuter sa Messe Solennelle qui est un succès. Il s’engage comme choriste au Théâtre des  Nouveautés et s’inscrit au Conservatoire pour briguer le Prix de Rome qu’il remportera en 1830. Il va vivre  des chocs artistiques successifs…

Après avoir découvert Weber et le romantisme allemand à l’Odéon le 7 décembre 1824, c’est Shakespeare, toujours à l’Odéon, le 11 septembre 1827, « qui en tombant sur moi à l’improviste me foudroya ». Au cours de la représentation d’Hamlet par une troupe anglaise, il tombe amoureux de la jeune actrice irlandaise, Harriet Smithson qui joue Ophélie. « Les coups de tonnerre se succèdent ». En 1828, ce sera le bouleversement des symphonies de Beethoven. « Je vis se lever l’immense Beethoven, le roi des rois. »

Fin 1827, à la lecture du premier Faust de Goethe traduit par Gérard de Nerval, Berlioz ressent « une impression étrange et profonde »,  Il compose en 1828 les Huit scènes de Faust qui seront développées dans La Damnation de Faust. En 1830, à 27 ans, il compose La Symphonie Fantastique op. 14 intitulée « Episode de la vie d’un artiste ». Elle va faire l’admiration de Liszt. Une mélodie appelée « idée fixe » figure la femme aimée.  Le texte qui l’accompagne est baptisé « programme ». C’est une œuvre novatrice par l’originalité de l’orchestration, l’audace des effets et la place donnée aux instruments.

Après le succès extraordinaire de la Symphonie Fantastique qui « a été accueillie avec des cris, des trépignements »,  Berlioz remporte enfin le Premier Grand Prix de Rome avec la cantate Sardanapale, « partition pleine de lieux communs que j’ai été forcé d’écrire pour avoir le prix ». Ce prix était  une justification de sa vocation vis à vis de ses parents. Il part donc en Italie le 30 décembre 1830. Il va se réfugier dans la musique et la nature car il a subi un grand dépit amoureux après la trahison de Camille Moke, une jeune pianiste. Il compose « Lelio ou le retour à la vie »,  « le Roi Lear » et « Harold en Italie » pour alto et orchestre commandé par Paganini.

Il est de retour à Paris le 7 novembre 1832 et va pouvoir enfin épouser Harriet Smithson, aperçue pour la première fois en 1827 alors qu’elle interprétait le rôle d’Ophélie dans Hamlet. Il l’épouse en 1833, Liszt est témoin. « Je ne la quitterai jamais, c’est mon étoile. Elle embellira les derniers temps de ma vie qui, je l’espère, ne sera pas longue. ». Elle sera une grande source d’inspiration pour lui. En 1834  ils s’installent à Montmartre,  colline couverte de vignes,  et leur fils Louis naît le 14 août. Ils reçoivent leurs amis :  Liszt, Chopin, Alfred de Vigny…

Berlioz vit du journalisme, il est critique musical dans le Journal de Débats, le Rénovateur, et la Revue et gazette musicale. Après le succès d’Harold en Italie, il compose des romances et un chœur : Sara la Baigneuse. Il va commencer un opéra inspiré des Mémoires du sculpteur Benvenuto Cellini, admiré en Italie, dont la traduction française a paru en 1833. Deux librettistes : Barbier et Jean de Wailly aidé par Alfred de Vigny.  En septembre 1836 il quitte Montmartre pour revenir à Paris.

Grâce à ses relations au Journal des Débats, Berlioz est choisi par le pouvoir pour un Requiem qui sera exécuté pour les victimes de la Révolution de 1830. Cette Grande Messe des Morts est donnée en 1837 aux Invalides sous la direction de Habeneck devant une assistance choisie. Alfred de Vigny dira après le concert : « la musique était belle et bizarre, sauvage, convulsive et douloureuse. »  Un ténor solo, plusieurs centaines de choristes, un orchestre géant, 18 contrebasses, 8 paires de timbales et 4 ensembles de cuivres  » qui doivent occuper chacun un angle de la grande masse vocale et instrumentale. »  Cette œuvre audacieuse est un événement considérable. « C’est un succès qui me popularise », écrit Berlioz.

Berlioz a achevé son opéra Benvenuto Cellini et la Première a lieu le 10 septembre 1838. Malheureusement cette œuvre dérangeante, (il se moque de l’Eglise et des artistes officiels), et trop originale pour l’époque est un échec. « C’est une chute éclatante » qui lui ferme les portes de l’Opéra après seulement trois représentations. Pourtant Berlioz connaît le succès, cette même année,  en dirigeant le 16 décembre 1838 « Harold en Italie ». Paganini s’écrie :  » Beethoven mort, il n’y avait que Berlioz qui pût le faire renaitre » et lui fait un don de 20.000 francs. Après avoir postulé au Conservatoire, Berlioz est nommé Conservateur-adjoint de la bibliothèque le 11 février 1839 et le 10 mai est fait Chevalier de la Légion d’Honneur.

Berlioz veut écrire pour le public des concerts « une symphonie avec  chœurs, solos de chant et récitatif choral, dont le drame de Shakespeare, Roméo et Juliette, serait le sujet sublime et toujours nouveau. » Roméo et Juliette est créé le 24 novembre 1839 sous la direction de Berlioz. C’est un grand succès. Berlioz invente une forme nouvelle : le chant se mêle à la symphonie. Grâce aux instruments de l’orchestre, il fait passer la tristesse, la fête, l’amour fou, la mélancolie. Balzac dira : « c’était un cerveau que votre salle de concert. » Wagner est ébloui : « nous devons honorer Berlioz comme le véritable rédempteur de notre monde musical. »

Le Ministre de l’Intérieur lui passe commande en avril 1840 d’une œuvre destinée à l’inauguration de la colonne de la Bastille pour célébrer le dixième anniversaire de la Révolution de 1830 à Paris. Berlioz compose la Grande Symphonie Funèbre et Triomphale, créée pour un orchestre d’harmonie. Le 28 juillet 1840, il dirige lui-même, en uniforme de la Garde Nationale et en marchant à reculons, une grande fanfare militaire de deux cent musiciens (cuivres, vents et percussions) qui exécute la Marche funèbre, « terrible et désolée ». Cette musique pleine de grandeur fut reprise en salle et fit grande impression. Wagner trouva « la Symphonie grande de la première à la dernière note ». Elle influencera également Bruckner.

En 1841, il écrit « les Nuits d’été », six mélodies pour chant et piano sur des poèmes extraits de « la Comédie de la mort » de Théophile Gautier. Cette œuvre annonce les mélodies françaises de Duparc, Fauré, Chausson, Ravel ainsi que  G. Mahler et  R. Strauss,  ailleurs…Pour  Berlioz, ce sont « six morceaux de chant de divers caractères. C’est curieux, mais cela exige une bien grande délicatesse d’exécution. » C’est durant ces années que Berlioz invente le concept de « festival » à l’occasion d’un concert donné à l’Opéra avec 450 exécutants. Il organisera lui-même une série de manifestations musicales autour d’un même lieu et d’une même histoire.

Son union avec Harriet Smithson est un échec. Berlioz décide de partir en tournée en Europe avec sa maîtresse, Marie Recio, une jeune cantatrice de onze ans sa cadette,  qui va se révéler très possessive. C’est donc le départ pour Bruxelles le 19 septembre 1842. En décembre il va sillonner l’Allemagne et reçoit partout un excellent accueil en organisant des concerts de ses propres œuvres. De retour à Paris, il mènera double vie, à demi séparé d’Harriet mais très lié à son fils et déjà las de Marie Recio.

 Berlioz reprend le journalisme puis publie en 1844 le « Traité d’instrumentation et d’orchestration modernes », dédié à sa Majesté Frédéric Guillaume IV. Cet ouvrage est encore une référence pour tous les compositeurs, car Berlioz a réellement  inventé l’orchestre moderne. Il publie également « Le voyage musical en Allemagne et en Italie », de grande qualité littéraire. Toujours en 1844, il crée l’ouverture du « Carnaval romain ». Mais en proie au spleen, il se réfugie dans les voyages et la musique. Déjà en 1842, lors d’un voyage en Allemagne, il avait repensé à Faust. En 1845-6, après une nouvelle tournée en Allemagne et en Europe Centrale, il décide de retravailler les « Huit scènes de Faust » de 1828.

 » Le voyage vers le Rhin est une chose admirable et tous ces vieux châteaux, ces ruines, ces montagnes sombres m’ont fait rêver tout éveillé, bercé par les souvenirs des poèmes de Goethe et des contes d’Hoffmann. »Avec le librettiste Almire Gandonnière, il va composer un opéra, la Damnation de Faust. » Je l’écrivais quand je pouvais et où je pouvais ; en voiture, en chemin de fer, sur les bateaux à vapeur, et même dans les villes, malgré les soins divers auxquels m’obligeaient les concerts que j’avais à y donner. »Ce n’est pas un opéra traditionnel mais un opéra de concert : 5 tableaux, 4 actes et un épilogue, une vingtaine de scènes, autant d’atmosphères musicales. Il crée une forme inédite, la légende dramatique, qui fait passer l’auditeur « de la terre aux enfers ». C’est un voyage de la Hongrie aux bords de l’Elbe, du cabinet du Dr Faust à la chambre de Marguerite, de la taverne d’une ville allemande aux abîmes de l’enfer. Pour la scène du Pandoemonium, capitale des Enfers selon le poète John Milton,  Berlioz invente le langage des démons : « chœur des démons, chœur en langue infernale » « Je composais ma partition avec une facilité que j’ai bien rarement éprouvée pour mes autres ouvrages. »Il reprend les thèmes du romantisme allemand : contemplation de la nature, passion (entre Faust et Marguerite), fantastique (Méphistophélès, chevauchée infernale ). Œuvre remarquable pour la richesse des chœurs, des mélodies et de l’orchestration. De nombreux extraits : ballet des Sylphes, Menuet des follets, Marche hongroise, sont souvent donnés en concert.Mais créée le 6 décembre 1846, trop originale, c’est l’échec . « Rien dans ma carrière d’artiste ne m’a plus profondément blessé que cette indifférence inattendue » et pourtant La Damnation de Faust sera très appréciée à l’étranger. Après sa mort, elle sera l’œuvre la plus populaire de Berlioz.

Suivez nos différents épisodes sur notre page Facebook pour fêter les 30 ans de Chorus 14 avec Berlioz !

« Laquelle des deux puissances peut élever l’homme aux plus sublimes hauteurs, l’amour ou la musique ? L’amour  ne peut pas donner une idée de la musique, la musique peut en donner une de l’amour. Pourquoi séparer l’un de l’autre ? Ce sont les deux ailes de l’âme. »   Ces mots, Berlioz en a témoigné tout au long de sa vie.

 

 

 

************************************************************************************************************************************

 

L’Enfance  du Christ et la Damnation de Faust seront au programme pour fêter avec l’année Berlioz  en 2019, ce double anniversaire.

Hector Berlioz (1803-1869) musicien romantique par excellence.

Son œuvre et sa vie passionnée ont été intimement liés. Compositeur, chef  d’orchestre, critique musical et homme de lettres, Berlioz fut tout cela à la fois.

Incompris de son vivant, il reste un génie original, maître de l’orchestre et créateur révolutionnaire. Il inventa le genre de la « légende dramatique » avec « L’Enfance du Christ » et « La Damnation de Faust », à mi-chemin entre oratorio, symphonie et opéra.

L’Enfance du Christ, « trilogie sacrée pour solistes, chœur, orchestre et orgue »

Berlioz composa d’abord le chœur de « l’Adieu des bergers à la Sainte Famille » en 1850, au cours d’un dîner entre amis et le présenta sous un pseudonyme. L’accueil du public l’ encouragea à y adjoindre une première partie : « le Songe d’Hérode », qui sera suivie de « La Fuite en Egypte ( avec l’Adieu des bergers) »

Cet oratorio dont les paroles sont aussi de Berlioz fut donné le 10 décembre 1854 sous sa direction et remporta un grand succès. Berlioz y rend hommage aux compositeurs   du XVIIe siècle (Glück en particulier) et retrouve l’esprit des noëls de son enfance. Dans une musique « naïve et douce », selon ses propres termes, il y déroule l’histoire de la Sainte Famille, tel un Mystère médiéval, en plusieurs tableaux.

 

La Damnation de Faust,« Légende dramatique en quatre parties »,  pour solistes, chœurs et orchestre.

Elle s’inspire du mythe fameux de Faust. Alchimiste qui rêvait de posséder la connaissance universelle,  il va conclure un pacte avec le diable  (Méphistophélès).  En échange de son âme, Faust se voit offrir la jeunesse et une vie de plaisirs.

Berlioz découvre l’œuvre de Goethe grâce à la traduction de Gérard de Nerval et l’adapte avec Almire Gandonnière. Les « Huit scènes de Faust » (1828) deviendront « La Damnation de Faust » en 1845,  créée à l’Opéra-Comique de Paris le 6 décembre 1846. Initialement destinée au concert, la partition ne fut adaptée pour la scène qu’après la mort de Berlioz.

Trop novatrice, cette œuvre fut incomprise du vivant de Berlioz, en particulier en France. Pourtant c’est bien un chef-d’œuvre  de l’art dramatique  romantique. D’un lyrisme désespéré, il reste  profondément original  par la  puissance  de son orchestration,  la richesse de l’instrumentation et la part très importante accordée aux  nombreux chœurs, tour à tour burlesques et tragiques.

 

 

Requiem de Mozart – 25, 28 novembre, St Étienne-du-Mont, Paris : Record de fréquentation!

Requiem-Mozart-25.11.18-jeffConvers

MERCI  d’être venus si nombreux  écouter ce  chef-d’oeuvre de la musique sacrée.

 

 

2 soirées à bureaux fermés : près de 1000 aficionados de Mozart et aussi de Chorus14 – merci à notre public!

 

En le composant en 1791, Mozart écrivait son propre Requiem puisqu’il disparut cette même année, épuisé par la maladie et les privations à l’âge de 35 ans.

Cette Messe des Morts, ténébreuse et dramatique, pour quatre solistes, chœur et orchestre, laisse une large place au chœur qui se déploie tour à tour en de puissantes exhortations et de ferventes supplications. En complément de cette œuvre,  le motet « Exultate , jubilate » et la Musique funèbre maçonnique.


Photo Jeff Convers

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Samson et Dalila, Saint-Saëns – 8 et 11 juin 2017, église Saint-Étienne-du-Mont Paris

V11Samson et Dalila est l’un des opéras les plus joués dans le monde, mais peu en France, composé par Saint-Saëns, l’un des plus subtils représentants de l’extraordinaire renouveau de la musique française après 1870.  Il décrit l’épisode biblique de la séduction de Samson doué d’une force fantastique qui lui permet de lutter contre ses ennemis les Philistins et trahi par Dalila à qui il avait confié le secret de sa force.
Il est présenté ici dans sa version oratorio.

 

jeudi 8 juin, 20h30 et dimanche 11 juin, 15h
Église Saint-Étienne-du-Mont, Place Sainte-Geneviève 75005  Paris – Métro Cardinal-Lemoine

 

Delphine FISCHER, mezzo-soprano Georges WANIS, ténor
Fabrice ALIBERT, baryton Nicolas CERTENAIS, basse

 

Ensemble Chorus 14
Ensemble orchestral OpEra 12
Direction Dominique SOURISSE
`
Tarifs préférentiels sur la billetterie en ligne

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer